Je suis susceptible, angoissé de nature ou bien colérique…Est-ce une fatalité ?

Article pour émotif, hypersensible, hyperémotif, susceptible, angoissé de nature ou bien colèrique, est-ce une fatalité ? Je ne suis pas mes émotions, ma nature est la sérénité et la joie de vivre

"Je suis susceptible, angoissé de nature ou bien colérique…Est-ce une fatalité ?"


Peut-être pensez-vous : «  Je suis colérique », ou bien « Je suis quelqu’un d’angoissé par nature », ou encore « Je pleurs toujours pour un rien », « je suis susceptible » suivi d’un « J’ai toujours été comme ça, il faut faire avec », « Ce n’est pas maintenant que je vais réussir à changer ». Vous avez essayé de changer, sans y parvenir et vous vous êtes résigné.


Peut-être que votre entourage vous a très régulièrement répété ces affirmations, à tel point que maintenant vous vous définissez ainsi. Comme si nos émotions nous définissaient en tant que personne. Et donc qu’il fallait apprendre à vivre comme ça, telle une fatalité !
En réalité, nous ne sommes pas nos émotions ! Même si celles-ci guident beaucoup de nos comportements et réactions. Nous sommes « un être » naturellement serein et équilibré quand tout va bien. Et les émotions sont des adaptations à notre environnement (toujours changeant), des signaux pour nous amener à répondre aux besoins du moment, en nous comportant de la façon la plus adéquate :


Exemple : Je suis dans un environnement avec un danger soudain, je ressens une émotion de peur, ça déclenche une réaction de fuite (ou d’attaque), puis le danger est passé,  je retrouve mon calme émotionnel et mon équilibre intérieur.


Une émotion « normale » est ponctuelle, elle ne dure pas dans le temps, et elle est adaptée à la situation qui l’a déclenchée. Sauf que parfois, pour différentes raisons liées à notre vécu, notre environnement et nos sensibilités personnelles/nos blessures, la régulation émotionnelle de notre corps se bloque ou bien ne se fait pas correctement.
Nos émotions deviennent alors inadaptées à la situation et par conséquent inefficaces : elles peuvent être disproportionnées, durer dans le temps et provoquer un stress chronique et une grande fatigue, se déclencher de façon incontrôlable dans la mauvaise situation : crise d’angoisse, de larmes, de colères par exemple... Et comme elles influencent nos comportements, on ne va pas réagir de la façon dont on le souhaitait mais sous le coup de cette émotion inadaptée ou disproportionnée. Notre entourage et nous-même ne comprenons pas pourquoi nous agissons ainsi, mais c’est plus fort que nous !


Au fur et à mesure, on fini par porter une étiquette « celle qui crie tout le temps », « celui qui a peur de tout », « la stressée », « la râleuse » à laquelle on s’identifie progressivement.
En général, on s’en veut de réagir ainsi et on finit par avoir une mauvaise image de soi. Avec le temps cela devient une habitude, qui peut nous épuiser, nous dévaloriser et nous rendre très malheureux.


Alors que faire ?


Tout d’abord, comprendre que notre nature profonde est sereine quand notre système émotionnel est équilibré. Ce n’est donc pas une fatalité que d’être tout le temps en colère, stressée, angoissée, susceptible, etc. Et ce n’est pas normal non plus !


Ensuite, il faut bien comprendre que les émotions ne peuvent pas être contrôlées par la raison. En résumé, les émotions et la raison ne sont pas contrôlées par les mêmes zones du cerveau. Celles qui gèrent les émotions sont liées à la survie (en modulant nos comportements afin de survivre au mieux à l’environnement) donc elles prennent forcément le pas sur la volonté. On ne peut donc pas changer un comportement par la simple volonté.


Enfin, comme on l’a vu précédemment, les émotions sont normalement adaptées à une situation ponctuelle et spécifique et lorsque ce n’est pas le cas, c’est que notre système de régulation émotionnelle n’arrive plus à gérer. Il y a un déséquilibre. Il faut donc travailler à rétablir cet équilibre en travaillant avec des méthodes qui agissent sur le lien corps/émotions et qui permettent un bon équilibre énergétique global.
Les thérapies psychocorporelles que je pratique lors de mes accompagnements (EFT, Nerti…) fonctionnent de cette manière. Elles relancent les processus naturels de gestion émotionnelle du corps afin de libérer les émotions bloquées, non digérées, non adaptées…

Citation Notre véritable nature est la joie de vivre et la sérénité Article pour émotif, hypersensible, hyperémotif, susceptible, angoissé de nature ou bien colèrique, est-ce une fatalité ?

 

Les personnes qui ont pu tester ces méthodes (et leur entourage) sont souvent étonnées de voir leurs comportements évoluer naturellement et sans effort, après avoir travaillé sur une émotion excessive avec ce type de thérapie.


Elles découvrent que finalement elles n’étaient pas quelqu’un de « colérique », « angoissée », etc.…Elles se sentent réellement plus sereines, gèrent avec plus d’efficacité les situations « stressantes », ce qui les rendent également plus confiantes dans la durée.

 

La prochaine fois que vous êtes envahi par une émotion, rappelez-vous : «  Je ne suis pas ce que je ressens. Ma nature profonde est la sérénité ! »


Et pour commencer dés à présent à apaiser vos émotions en rééquilibrant votre système énergétique, inscrivez-vous à ma formation GRATUITE.


Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Gandy (lundi, 10 septembre 2018 21:17)

    Bonjour
    Je suis une personne très angoissé depuis peu du coup ma susceptibilité s'est multiplié . Je n'arrive pas à faire autrement
    Bcp de changement dans ma vie une rupture se 7ans, un boulot QUI. E me correspond plus mais en même temps une rencontre avec quelquun Que j'aime ET QUI Me le rend bien DE puis 1 an
    Nous avons décider de s'installer ensemble je dois déménager et commencer un nouveau boulot ..
    Il nous arrive de nous disputer pour des raisons bêtes et LA plupart du temps parce que je prend mal quelQue chose ...
    je veux plus me braquer comme ça ET prendre la mouche pr rien ..
    on s'aime tlmt j'ai peur de tt gâcher ..

  • #2

    Emilie d'Esprit Sérénité (lundi, 17 septembre 2018 20:36)

    Bonjour Gandy,
    Effectivement il est très difficile de contrôler ses émotions quand elles sont trop fortes. Derrière la susceptibilité il y a souvent des blessures d'humiliation et de dévalorisation, parfois de rejet.
    La plupart du temps, on peut vivre avec mais parfois il suffit d'un événement déclencheur pour que cela prenne encore plus d'ampleur.
    Et là ça peut nous compliquer l'existence et gâcher de bons moments !
    C'est déjà super d'en avoir conscience et de vouloir que ça change. Et comme je l'écris dans mon article, ce n'est pas une fatalité ! Je vous conseille de tester des méthodes de thérapies psycho-énergétiques comme l'EFT. Et si besoin de vous faire aider par un thérapeute...
    Je reste à votre disposition si vous avez des questions, vous pouvez me contacter. Et je propose une séance découverte gratuite de 30 min (sans engagement) si vous souhaitez faire un bilan de votre situation et de vos besoins.
    Je vous souhaite bon courage pour la suite et beaucoup de sérénité pour l'avenir.
    Emilie